Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » GIGANT Tome 4 – Papico libérable

GIGANT Tome 4 – Papico libérable

GIGANT est un manga de science-fiction, écrit et dessiné par Hiroya Oku, l’auteur de Gantz et Last Hero Inuyashiki. En France, il est publié chez Ki-oon, qui a sorti le tome 4 le 28 mai 2020. Nous avions déjà parlé du tome 3 ici. Attention, ce manga est à réserver à un public averti, évitez donc de le laisser trainer dans le salon.

Au terme d’un affrontement extraordinaire avec le dieu destructeur, Chiho est arrêtée par la police ! Pourtant, c’est bien elle qui a sauvé la ville de Tokyo… Une question est désormais au cœur de toutes les discussions : faut-il se servir de l’actrice porno pour protéger les habitants des terribles vœux formulés sur Enjoy The End ? En effet, rien ne semble pouvoir arrêter la folie des internautes, qui ne manquent pas d’idées toutes plus destructrices les unes que les autres…

Avec ce quatrième tome, GIGANT s’égare. Les forces du manga étaient pourtant claires dans les premiers tomes : l’érotisme avec Papico et les dangers abracadabrantesques qui s’abattent sur Tokyo. L’auteur réussissait à nous surprendre avec à des catastrophes toujours plus invraisemblables, mais ce n’est plus le cas. Le site ETE montre déjà les limites de sa créativité, se contentant d’envoyer de gigantesques personnages ravager la ville. Alors que le dieu du tome 3 aurait du permettre de tourner la page, on continue dans cette lancée avec les géants qu’on a aperçu dans le tome précédent, puis trois dieux de la destruction.

Oui, l’auteur vient de reprendre l’antagoniste du tome précédent et l’a multiplié par 3 pour rajouter un arc. Comme si ça ne suffisait pas, la manière de se battre contre eux est exactement la même : Papico doit rentrer dans leur corps et grandir pour les faire exploser. Petit point positif de ce côté, la jeune actrice se fait violemment malmener en trois contre un et frôle la mort. Un réveil glaçant pour ses fans et les habitants de la capitale qui comptaient sur elle. Malheureusement, on retrouve toujours le même manque de dynamisme avec ces personnages à la taille ahurissante. L’auteur continue à vouloir montrer les seins ou l’entrejambe de Papico à chaque case, comme si le fait de la faire se battre nue n’était pas largement suffisant de ce côté, au dépens de l’action.

La lecture de ce tome est très rapide, la majorité des pages n’ont pas de dialogue, laissant le dessin parler. L’auteur propose une avalanche de doubles pages très impressionnantes, mais l’utilisation excessive des outils numériques, si chers à Hiroya Oku, nous empêche de les apprécier pleinement. On a souvent l’impression de voir la même planche ou la même case plusieurs fois, avec très peu de différence. On regrettera ces excès, car il s’y cache de bonnes idées, comme le design du robot géant qui est très cool. Il serait peut-être préférable de calmer un peu le jeu sur le spectaculaire, pour éviter que le lecteur se lasse comme c’est le cas ici.

On a donc un tome presque sans Papico et son bonnet W, la fille aux cheveux roses étant retenue par la police, ni surprises du côté des catastrophes. Côté scénario, la trame de fond n’avance pas d’un pouce. Que ce soit l’étrange mec en slip, l’origine d’ETE ou du pouvoir de gigantisme, tout cela semble être oublié. L’incompréhension est totale de notre côté, pourquoi ne pas explorer ses pistes qui sont pourtant si importantes et tellement plus intéressantes ? Peut-être que nos questions trouveront réponse par la suite. De leur côté, les personnages principaux continuent d’agir comme des ahuris, allant faire un tour en ville une demi-heure après que l’armée ait réussi à abattre un gigantesque robot qui a tué 100 000 personnes. Une idiotie qui permet quand même de créer une scène assez intense, ou Rei assiste au combat de son amoureuse alors qu’il est coincé dans le métro, impuissant.

Vous l’aurez compris, GIGANT a déçu. On passe d’une œuvre qui se veut absurde et spectaculaire à quelque chose d’un peu fade et bête. Même les fans d’ecchi n’y trouveront sûrement pas leur compte, étant donné que la star du X n’arrive qu’au 3/4 du tome. La déception est d’autant plus grande qu’on sait qu’Oku est capable de mieux, comme il l’a prouvé avec Gantz ou Last Hero Inuyashiki. GIGANT a un potentiel qu’il refuse d’exploiter et un changement de cap s’impose. Espérons que le prochain tome, prévu pour le 27 août, reprenne une bonne direction.