Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » L’Oxalis et l’Or Tome 1 – Vers le Nouveau Monde

L’Oxalis et l’Or Tome 1 – Vers le Nouveau Monde

L’Oxalis et l’Or est un seinen pré-publié dans l’Ultra Jump en 2019. Imaginée par Eiichi Kitano, la série est en France publiée chez Glénat ; le premier tome est disponible en France depuis le 16 septembre dernier.

1848. La découverte de pépites en Californie déclenche une ruée vers l’or. L’année suivante, en 1849, la rumeur se répand dans le monde entier, attirant les aventuriers dans une bourgade encore anonyme. Au même moment, dans une Irlande ravagée par la Grande Famine, Amelia et Conor ont tout perdu. Elle, la maîtresse et lui, le serviteur, décident de partir pour la Californie afin de changer leur vie. C’est le début d’un long voyage au-delà de l’Atlantique et à travers les Etats-Unis d’Amérique !

L’histoire de la plus ambitieuse ruée vers l’or commence dans une campagne miteuse d’une Irlande en détresse où deux paysans affamés font les poches d’un cadavre. Le ton est donné. Amelia, 14 ans, et son serviteur, Conor, ont tout perdu à cause de la pauvreté et de la famine s’abattant sur le pays. Loin de succomber au désespoir, les deux jeunes gens décident d’embarquer sur un bateau pour fuir leurs terres natales au profit du nouveau monde : les États-Unis. Malheureusement, la traversée a un coût qu’ils ne peuvent s’offrir, mais par chance, en croyant fouiller les poches d’un mort, ils feront la rencontre d’un homme ayant perdu sa fille Sophie. Il s’avère qu’elle ressemblait beaucoup à la jeune Amelia, ce qui va le pousser à les aider. Après une discussion autour d’un repas, il décide de céder ses tickets pour une traversée aux deux aventuriers.

Ainsi commence leur périple d’une cinquantaine de jours sur un paquebot délabré et surpeuplé, hanté par les aspirations délirantes des voyageurs au bord de la mort. Les deux compagnons pensaient avoir tout vu de la misère, mais celle-ci montre un tout autre visage, dans un espace restreint, mais rempli d’espoir. C’est dans cet environnement étrange qu’Amelia et Connor rencontrent leur colocataire de lit ; Dannagh Muray, un jeune vagabond au caractère fermé et qui manque un peu de détermination. Pourtant, la bonne humeur et la volonté d’acier de la jeune fille le poussent à devenir plus positif, allant jusqu’à avouer son secret : il a usurpé l’identité de quelqu’un à qui il a volé son billet. Pesé par la culpabilité, il lègue à ses nouveaux amis une lettre qui devrait leur assurer un avenir prometteur, avant de rendre son dernier souffle dans une scène touchante.

Arrivés saufs, mais pas sains, à Ellis Island, les deux compères feront immédiatement face à un grand problème : celui du racisme. En effet, les Irlandais ont souffert de très mauvais traitement à cette époque, où les Américains ne voulaient pas partager leur poule aux œufs d’or qu’était le Nouveau Monde. Loin de se laisser abattre ou de passer inaperçus, notre équipe fera la rencontre d’un homme qu’il ne faut absolument pas embêter : Bill the Butcher. Dommage pour ce personnage au charisme épatant, c’est plutôt lui qui aura affaire à notre héroïne, que rien n’effraie et qui veut prendre sa revanche sur la vie !

Le personnage d’Amelia est rafraichissant et sert de lumière dans cette ambiance morne. Un personnage féminin aussi déterminé, dans une quête très « esprit shōnen » avec une détermination sans faille, ça change de ce qu’on peut voir dans ce registre. Attention cependant, les lecteurs les plus exigeants historiquement pourraient avoir un peu de mal à voir une jeune fille traverser tout ça sans rencontrer de trop d’encombres, bien qu’elle soit accompagnée de Conor. Cela n’empêche pas l’auteur de la faire défier l’homme qui domine New York, sans s’inquiéter plus que ça d’une possible vengeance.

L’Oxalis et l’Or commence bien, avec un premier tome intelligent et qui nous transmet bien l’ambiance de l’époque choisie, très originale d’ailleurs. La misère, la mort, le désespoir et la famine sont omniprésents et pesants, mais participent beaucoup à notre attachement pour les personnages. Le trait d’Eiichi Kitano a su représenter à la fois le vide d’un pays mourant et l’enfer du bateau insalubre où s’entassent malades et autres affamés. Finalement, c’est une sorte de rencontre entre un manga d’aventure un peu nekketsu et le manga historique, qui pourra parler à un public très large. Le tome 2 est disponible depuis le 4 novembre dernier et fera très vite l’objet d’un article. Affaire à suivre !