Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » Psycho-Pass 3 : Au nom du système

Psycho-Pass 3 : Au nom du système

Cet automne était bourré d’animes de qualité et très attendus, comme par exemple Beastars avec sa romance poétique, My Hero Academia et son arc Overhaul, un énième anime Fate etc, etc. Néanmoins parmi tous ces mets de choix, il y avait également Psycho-Pass et sa nouvelle saison, attendue de pied ferme par les fans. A-t-elle su redorer son blason après sa navrante saison 2, et surtout, que vaut-elle ? C’est l’heure de faire le bilan !

Des débuts très prometteurs.

Le moins que l’on puisse dire c’est que dès le départ, la série frappe fort en nous proposant du tout nouveau.

On constate de nouvelles têtes dans le cast principal, où l’on retrouve Arata Shindo et Kei Michail Ignatov, notre nouveau duo de choc. Exit Akane et Kogami, place à la nouvelle génération. On peut également relever un chara-design sensiblement différent du précédent puisque plus épuré. Une qualité rappelant d’ailleurs ce qui a précédemment été fait lors des récents films, Sinners of the System auquel la série est d’ailleurs liée.

Le scénario quant à lui semble tout autre que ce que l’on a pu voir précédemment. Si l’ancien se voulait plus ou moins ambitieux balançant directement l’artillerie lourde, parsemant de questions philosophiques au point d’en être quelque fois pompeux, voire péteux, on constate que dans cette saison que nenni, puisque qu’on est plongé dans une enquête plus terre à terre donnant vraiment l’aspect policier qui manquait autrefois à la série.

Mais la grande nouveauté se trouve surtout dans le format globale de l’anime, puisqu’on se retrouve maintenant avec une saison de 8 épisodes, tous de 45 minutes, se rapprochant d’un format de série live-action. Également, alors que ADN était la plateforme historique pour l’oeuvre, c’est Amazon Prime Video qui reprit les droits cette fois-ci. Ainsi avec tous ces changements, Psycho-Pass 3 semblait prendre des allures de stand-alone, tentant de s’émanciper du passé pour se faire sa propre voie.

Oui mais, c’était trop beau pour être vrai.

En effet, plus les épisodes passent plus la qualité de la série se détériore.

L’animation qui paraissait solide à première vue, a considérablement baissé au niveau de la qualité. Le design des personnages devient moins soigné, leurs mouvements moins fluides, voire saccadés. Où est passée la finesse des grand jours, qu’est-ce qui a bien pu se passer chez I.G Production ? Une baisse d’animation qui ne rend pas service à l’atmosphère de la série qui devient de plus en plus lente. Ou cela viendrait peut-être du scénario qui lui aussi surprend, tant il ne parvient finalement pas à convaincre.

Pourtant tout avait bien commencé avec une intrigue plutôt intéressante qui promettait. Comme d’habitude, tous les enjeux étaient bien présentés. Shindo et Kei était sur la piste d’un mystérieux assassin et de l’organisation auquel il était lié, les renards, impliquant l’apparition de nouveaux personnages tous plus atypiques et intéressants les uns que les autres, ainsi que de nouvelles problématiques à soulever pour la série, ce qui semblait au départ être un défi à relever pour cette dernière. Mais comme on pouvait s’en douter, l’anime n’a pas su gérer toute cette charge, se perdant dans la multitude d’intrigues qu’il avait créé et peinait à maîtriser, ainsi qu’avec les nombreux éléments perturbateurs ou encore les personnages dont on perd rapidement le fil ou déplore l’inutilité, la série s’achevant avec une fin alambiquée, tant le tout est mal exploité, laissant au final un goût amer.

On est bien loin de ce que nous promettait l’opening, Q-Vism, interprété par Who-Ya Extended, qui en plus de ces paroles fortes questionnant sur la fausseté du monde et son injustice, nous vendait du caviar de par son aspect visuel.

Psycho-Pass 3, un pétard mouillé ?

Au final on s’y attendait, la série est trop courte pour porter le poids de quelque chose d’aussi qualitatif. De plus, elle ne répond pas à aux interrogations qu’elle nous livre. On pourrait citer par exemple celle des distanciés pathologiques, indexés à la fin de la saison ou encore sur ce qui est vraiment arrivé à Akane. Ainsi que l’ouverture d’une nouvelle intrigue, supposant l’opposition de nos deux nouveaux héros, laissait tout bonnement présager une suite.

Le plus gros problème de cette saison 3 est qu’elle repose tout le rythme de son histoire sur le film à venir au Printemps 2020, donnant juste l’impression de manquer d’épisodes. Avec tous les longs-métrages qui ont précédé, il semblerait que I.G Production voit d’avantage l’avenir de Psycho-Pass au cinéma, quite à donner le goût d’un simple apéritif la série.