Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » Yureka Tome 1 – Le isekai moderne avant l’heure

Yureka Tome 1 – Le isekai moderne avant l’heure

Yureka est un manhwa de Son Hee Joon au scénario et Kin Youn Kyung au dessin, publié en l’an 2000 jusque 2014 et long de 41 tomes. Les 26 premiers volumes ont été publiés en français aux Éditions Tokebi puis repris à partir du numéro 27 par les Éditions Samji jusqu’au 34. Vous aurez donc non sans mal deviner que la fin de la série n’est jamais parue chez nous jusque maintenant.

Mais ceci est de l’histoire ancienne, car Meian a décidé de sortir une toute nouvelle édition sous forme de box de 10 tomes, la première étant sortie le 21 février. Ici, nous nous concentrons sur le premier tome, notre avis sur les suivant paraîtra au fil de notre lecture.

 

Lost Saga est un jeu en réalité virtuelle, un MMORPG sur lequel Jangkun passe tout son temps…Avec ses amis Kwansu et Wunsuk, ils deviennent des héros de légende sous les pseudonymes de Lotto, Boromir et Adol ! Un monde virtuel qui leur promet plein de surprises… Dans la vie, ils vont encore à l’école, et pourtant, ils sont considérés comme des maîtres dans Lost Saga. Entré accidentellement en possession d’un disque pirate, il se connecte au jeu sous l’apparence d’un personnage féminin : Yureka…

Vous l’aurez compris au titre de l’article ou au synopsis, Yureka est un isekai ! Pour information, l’isekai est un genre dans lequel le personnage principal se retrouve transporté dans un autre monde, souvent fantastique. On suit donc trois jeunes étudiants qui arpentent un MMORPG (ex : World of Warcraft, Dofus, EverQuest…).

A première vue, on pourrait se dire que c’est un scénario plutôt courant. Des gens transportés dans un jeu, on a déjà vu ça dans .hack, Log Horizon, Overlord ou encore le célèbre Sword Art Online ! Et bien sachez que Yureka est sorti bien des années avant tous les titres cités précédemment, on peut même le considérer comme l’un des précurseurs de ce sous-genre. Présent bien avant que ce soit la mode et que nos salons aient pu voir débarquer ses casques de réalité virtuelle, le manhwa a surement influencé bon nombre de hits d’aujourd’hui.

Yureka © by SON Hee Joon, KIM Youn Kyung, Haksan Publishing Co., Ltd.

Au travers de ce premier tome, on découvre donc nos héros qui, contrairement à beaucoup d’autres titres du genre, ne découvrent pas le jeu dans lequel ils évolueront. Au contraire, ils sont déjà parmi les joueurs les plus forts et forment un trio de choc. Un magicien, un guerrier et un prêtre, ils font partie des rares à posséder le titre de “maître”.

L’univers est très rapidement mis en place, que ce soit le monde réel, virtuel ou les personnages. Tout s’enchaîne très vite sans jamais perdre le lecteur et est agréable à lire car assez épuré. Le fait que les joueurs maîtrisent le jeu sur le bout des doigts nous évitent les interminables passages d’apprentissages, les noms et concept par millier. Ils savent ce qu’ils ont à faire et le lecteur s’en retrouve soulagé.

Mais alors quel intérêt de suivre leurs péripéties s’ils sont déjà les meilleurs du jeu ? Et bien le jeu va bientôt connaitre un chamboulement total, une énorme mise à jour rebat les cartes et ouvrira de nouveaux horizons aux joueurs. Une nouvelle qui tombe à point pour nos joueurs qui commençaient à se lasser.

Ce premier volume nous introduit quelques personnages secondaires  comme la jeune fille dont Lotto est amoureux ou encore deux idols qui se réfugient dans le jeu pour vivre plus discrètement. S’en suivront des situations plutôt comiques, le ton global du tome étant assez léger. La série étant longue, les personnages devraient prendre en épaisseur et le fil rouge de l’histoire devrait prendre de la place avec le temps. Le trait du dessinateur respire les années 2000, parfois un peu brut, mais qui s’adoucit au fil du tome et qui risque encore de s’améliorer dans les volumes suivants.

 

Yureka © by SON Hee Joon, KIM Youn Kyung, Haksan Publishing Co., Ltd.

La méthode de commercialisation de la série est un argument de poids à elle seule. Vendu sous forme d’une box de 10 tomes au prix de 49.95 euros, cela revient à peu près à 5 euros le tome. Sachant qu’en moyenne, un tome de manga en France coûte 7 euros, une différence non négligeable, d’autant plus que la box contient de petits bonus que je vous laisse le luxe de découvrir par vous-même, ou sur notre compte Instagram @TeamManga__.

Ce premier tome sert essentiellement à présenter l’univers et ses personnages et il nous tarde de vous parler de la suite.

Le titre est disponible aux éditions Meian avec la première box depuis le 21 février 2020.