Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » Baltzar : La guerre dans le sang Tome 1 – Le prof-soldat !

Baltzar : La guerre dans le sang Tome 1 – Le prof-soldat !

Paru en 2011 au Japon, Baltzar : La guerre dans le sang est arrivé en France au mois d’août 2019 chez Meian. Ce manga de Nakajima Michitsune s’inscrit dans la ligne éditoriale très militaire de l’éditeur, tout en proposant quelque chose de nouveau. C’est l’heure de voir ce qu’il a dans le ventre !

Baltzar brille sur le champ de bataille et se voit promu Commandant. Mais tout ne se passe pas comme prévu : on lui propose le poste d’instructeur dans une école militaire du Baselland, un pays allié qui ne connaît que la paix. Leurs méthodes étant dépassées, il devra conditionner les soldats pour l’empire, et gagner du prestige pour faire face à une politique royale fermée. Gagner la confiance des élèves, en apprendre plus sur les citoyens qui méprisent l’empire… Sa tâche ne sera pas de tout repos !

L’histoire de Baltzar se déroule dans une Europe du Nord imaginaire du XIXe siècle, après la dislocation d’un empire. C’est dans ce monde instable et en proie à la guerre que Bernd Batlzar grimpe les échelons de l’armée à toute vitesse. Désormais commandant, il se voit nommé professeur dans une école militaire dans un pays voisin. D’abord déçu d’être relégué à l’éducation, il comprend vite que son rôle est d’une importance primordiale. Il va pouvoir étudier la structure militaire du pays voisin, et asseoir une sorte d’hégémonie à travers leurs futurs soldats.

Ce parti-pris de s’éloigner des champs de bataille pour se retrouver sur les bancs d’école peut paraître étonnant au premier abord, mais permet à l’œuvre de se démarquer des autres mangas de guerre. Ici, on laisse la part belle à la stratégie et aux technologies militaires. On en apprend d’ailleurs beaucoup dans ce premier tome, que ce soit sur la manière dont fonctionne les états germains, les différences entre les armes de l’époque, les manœuvres militaires, etc. Plutôt que de proposer de l’héroïsme et de la violence à la Kingdom, Baltzar préfère jouer la carte de la finesse, avec un scénario qui s’oriente déjà sur des intrigues politiques.

Qui dit école, dit élèves. Notre pauvre Baltzar, qui se retrouve à jouer les professeurs dans cette école aux méthodes archaïques, va rapidement se prendre d’affection pour les graines de soldats qui l’entourent. Un peu à la manière d’un GTO impérial, on se plait à voir le jeune enseignant prendre le parti de ses élèves, quitte à se confronter directement aux hautes autorités. Les personnages semblent prometteurs et attachants, particulièrement notre héros. Partagé entre ses idéaux de paix et son âme militaire, on découvre dans ce premier tome les deux facettes du personnage. On a hâte d’en voir plus, notamment concernant les dilemmes moraux qui vont lui être imposés.

Seule petite ombre au tableau, le contexte est un peu chargé pour un premier tome, et la situation du monde n’apparaît pas clairement. On nous balance tout de suite des noms de pays, de villes, des familles royales, etc. Si l’univers semble étoffé, il aurait pu être présenté d’une manière un peu plus digeste, ou plus claire.

Côté dessin, le trait de Nakajima Michitsune est plutôt épuré et très lisible. Le contexte européen de l’histoire se ressent bien dans les cases, notamment grâce aux décors très travaillés et aux uniformes détaillés. Malgré un découpage assez basique, on s’immerge dans l’action, notamment pendant la scène de bataille. Du côté des personnages, le chara-design est sympathique et dégage une certaine fraîcheur.

En conclusion, Baltzar : La guerre dans le sang semble être une série à potentiel, avec déjà quatre tomes disponibles aux éditions Meian. On a hâte de lire la suite et de voir le scénario se lancer pleinement. Bon courage Baltzar !