Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » The Promised Neverland Tome 13 – Andrew le trouble-fête

The Promised Neverland Tome 13 – Andrew le trouble-fête

Après un cliffhanger plus que frustrant dans son dernier tome, The Promised Neverland revient pour finir le travail. Ce tome 13 est l’occasion de voir si la série a pu apprendre de ses erreurs passées, ou bien s’enfonce dans une certaine répétitivité.

La relative tranquillité d’Emma et des siens vole brusquement en éclats quand un commando de soldats humains les attaquent ! Sur ordre de James Ratri, la troupe d’élite menée par l’impitoyable Andrew prend d’assaut le refuge. Alors qu’Emma et les enfants s’enfuient, Yugo et Lucas décident de faire front armes au poing, à deux contre six…

L’heure est grave ! Emma et sa fratrie, qui vivaient paisiblement, vont devoir reprendre leur quête plus vite que prévus s’ils veulent survivre à Andrew et ses sbires. Malheureusement, les pertes sont terribles. Yugo et Lucas tombent face à l’ennemi, alors que Chris est mortellement blessé. Un départ dans la précipitation, donc, venant amener un goût amer à ce volume. Le constat est sans appel : personne n’est immunisé au risque d’une mort cruelle dans The Promised Neverland, pas même les plus jeunes, une première dans l’histoire.

Vous l’aurez compris, c’est à un tome plutôt tragique auquel nous avons affaire, ce à quoi la série nous avait déjà que trop bien habitué. Ajoutez à cela le récent départ de Hugo et Lucas et vous aurez un développement à fort potentiel pour les enfants. Comment vont-ils évoluer sans exemple, dans ce monde si hostile ?

Le scénario ne laisse pas aux orphelins le temps de se reposer. Relancés vers leurs objectifs, ils reçoivent un coup de main de Minerva. Un cadeau bien utile pour la suite, mais qui le pousse à s’enfoncer toujours plus profondément dans un monde qui leur est si hostile. On a rien sans rien, hein ? Fort heureusement, nos héros seront aidés par des alliés inattendus, comme envoyés par la providence, ou au moins Minerva.

Comme toujours, le coup de crayon de Demi Pozuka vient intensifier toutes ces émotions, pour ne pas dire les sublimer. Si l’histoire a été inégale au fil de la série, la dessinatrice continue sur sa lancée en nous offrant un tome magnifique.

En conclusion, la série semble reprendre une bonne dynamique, avec un concentré de tension et de drame. Les nouvelles possibilités de l’histoire semblent intéressantes, de quoi raviver la flamme des lecteurs, qui s’essouflait à mesure que la série s’allongeait. Encore faut-il garder le cap !

Rendez-vous le 10 juin pour la sortie du tome 14 aux éditions Kazé.