Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » Shadows House Tome 1 – Une maison de poupées au mille et un secrets

Shadows House Tome 1 – Une maison de poupées au mille et un secrets

Shadows House est un manga écrit par So-ma-to, auteur dont le mystère entoure ses œuvres. Sorti en 2018 et toujours en cours au Japon, 4 volumes sont disponibles. En France, les deux premiers tomes de la série sortent le 17 juin 2020 aux éditions Glénat. (Si vous lisez cet article le jour de sa publication, c’est demain ! )

Emilico est une poupée vivante au service de Kate, une jeune fille appartenant aux Shadows, famille d’ombres sans visage. Dans le vaste manoir familial, le travail d’Emilico se limite pour le moment à nettoyer la suie projetée par sa maîtresse… Mais au fil des rencontres, elle découvrira le monde dans lequel elle vit, commencera à s’interroger sur le sens de son existence et se liera d’amitié avec son entourage… Cependant, une poupée doit-elle avoir une conscience

Les premières cases du manga donnent le ton : un vaste manoir gothique aux grandes boiseries, rempli d’antiques, les lieux semblent impénétrables…

Là où le Manoir de la famille Shadow, noble famille dont les visages sont mystérieusement invisibles, ne force pas la bienvenue, Emilico, poupée vivante au service de la famille, vient apporter à Kate Shadow un visage espiègle, insouciant et candide. Pourquoi ? Parce que les Shadows ont de véritables poupées vivantes conçues à l’image des humains, visant à leur offrir un visage. Emilico est donc le miroir de Mademoiselle Kate, bien que leurs personnalités semblent très différentes au premier abord : Kate est plus réservée tandis qu’Emilico est bien plus extravertie. L’ombre et la lumière.

Notre poupée préférée (car oui, Emilico est d’office notre chouchoute) découvrira plus tard, grâce à son honnêteté maladroite, que sa maîtresse est recouverte de suie : plus elle ressent des « sentiments négatifs », plus elle émet de la suie. C’est donc à Emilico de nettoyer la chambre de sa maîtresse et veiller à ne pas l’agacer, ce qui peut être difficile pour les deux jeunes filles. Toutes deux se préparent pour le grand jour : celui de l’Exhibition, là où face à un public, Emilico devra représenter et incarner Kate avec toute la grâce et la dignité que les Shadows requièrent pour fêter le passage de cette dernière à l’âge adulte.

Heureusement pour Emilico, dont la maladresse ne fait qu’accroître notre affection, elle n’est pas la seule à travailler pour les Shadows (et heureusement pour eux aussi d’ailleurs) : au cours de ses tâches ménagères dans la chambre de sa maîtresse (qui veille toujours sur elle), elle rencontre Mia, puis Lou et Rosemarie, toutes trois des poupées vivantes avec qui elle formera un groupe d’amies et de travail. Néanmoins, il semble difficile pour Emilico de distinguer la réalité de son amitié avec les filles du rôle qu’elle doit jouer en tant que poupée. Elle l’apprendra à ses dépends lors d’une bouleversante rencontre avec une autre Shadow : Sarah Shadow, Maîtresse de Mia. Ce sera aussi le moyen pour Kate de préparer, ou du moins tenter de préparer Emilico, distraite par les secrets recouvrant l’ensemble du Manoir, à l’épreuve de l’Exhibition.

Shadows House est un manga d’exception qui, dès les premiers chapitres, a réussi a créer un rythme accrocheur et une immersion fascinante. Le lecteur découvre les règles du Manoir en même temps qu’Emilico : il crée donc un lien avec Kate en même temps que notre poupée, et ça, c’est excellent ! En plus d’avoir un chara-design accrocheur, le thème de la suie et des poupées fonctionnent bien, en plus d’être d’une originalité qui plaît dans le domaine du surnaturel. Mention spéciale au fait que les poupées dorment dans des coffres, c’est finement trouvé !

Le dernier chapitre offre une agréable surprise au lecteur en entre-ouvrant les portes des pensées de Kate. La relation entre la poupée et sa Maîtresse est émouvante (âmes sensibles s’abstenir, mais pas trop quand même !) : Emilico doit apprendre à rester fidèle à son rôle, mais sa candeur naturelle atteint Kate qui apprendra elle aussi de sa poupée. Bien que l’origine de la suie soit toujours inconnue et que le règlement très strict imposé aux poupées attise notre insatiable curiosité, il est dors et déjà possible de penser que lien unique naissant entre Kate et Emilico défiera toute limite et percera tous les secrets du Manoir. Mais à quel prix ?

En tout point, ce premier tome est extrêmement prometteur. Au vu du passé de l’auteur, cette série risque de ne pas être très longue, mais a le mérite de s’adresser à tous. La lecture est prenante, alors on espère avoir vite la suite, car tous ces secrets sont insoutenables ! On rappelle que les deux premiers volumes de la série sont disponibles en France aux éditions Glénat.