Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » We Never Learn Tome 11 – Étoile et toi

We Never Learn Tome 11 – Étoile et toi

We Never Learn est une comédie romantique de Taishi Tsutsui, prépubliée dans le célèbre Weekly Shonen Jump depuis 2017. En France, la série est éditée par Kazé. Aujourd’hui, nous allons parler du tome 11.

En refusant de laisser sa fille étudier l’astronomie, le père de Fumino se montre particulièrement cruel. Excédée, la lycéenne se réfugie chez Nariyuki. En passant prendre quelques affaires chez elle, les deux amis découvrent un mystérieux ordinateur légué par la défunte mère de Fumino et qui pourrait bien l’aider à réaliser son rêve…

Couverture du manga

Ce onzième tome vient conclure le mini-arc Une étoile bien-aimée, qui aura eu le droit à 5 chapitres. Une première dans l’histoire de la série. Cette histoire autour du rêve de Fumino et ses relations familiales ont donné une profondeur nouvelle au personnage, qu’on aurait pu trouver un peu en retrait comparé aux autres filles. Malgré cela, on ne peut s’empêcher d’avoir l’impression que cette mise en avant n’est qu’un début, tant Taishi Tsutsui se sert de Fumino à la moindre occasion. Le conflit entre elle et son père est touchant et sa résolution encore plus. Nariyuki aura été d’une aide précieuse pour faire accepter à Reiji Furuhashi les ambitions de sa fille. Le message du manga ne change pas, le talent n’est pas un devoir et l’important est d’avancer sur le chemin qui nous plait vraiment.

C’est aussi l’occasion de faire avancer la romance entre Fuminette et notre héros ingénu. La scène où les deux lycéens regardent ensemble les étoiles, suivie d’un discours enflammé sur ces astres, nous font pleinement ressentir la passion de la jeune fille. La belle au bois dormant semble enfin accepter ses sentiments à l’égard de Nariyuki et risque donc de se lancer corps et âme dans la grande bataille, elle qui jusqu’ici se contentait de soutenir l’amour de ses amies.

Après ce début de tome très axé sur Fumino, Tsutsui a décidé que la relation de chaque fille allait faire un pas de géant. Uruka avoue enfin qu’elle compte partir à l’étranger et en profite pour embrasser Nariyuki pour “s’entrainer à dire bonjour”. C’est donc la deuxième à avoir le droit à son baiser, après l’accident du voyage scolaire. De son côté, Rizu hypnotise notre héros, lui faisant franchir un nouveau niveau d’intimité, mais lui offre surtout une épaule sur laquelle se reposer.

Du côté de mademoiselle Mafuyu, le prof et l’élève se retrouvent à vivre comme une vraie petite famille. La jeune femme doit garder un bébé, mais en est bien incapable, heureusement pour elle Nariyuki sait y faire avec les enfants. Un chapitre qui consolide la place de numéro 1 pour Mafuyu dans le cœur de votre serviteur. Finalement, c’est peut-être bien Asumi qui fait le moins de progrès, son chapitre étant un peu plus passe partout. Plus qu’un traitement de « défaveur », c’est sans doute parce qu’elle est la plus honnête et entreprenante des cinq prétendantes au titre.

Si ce tome peut un peu donner l’impression de donner son heure de gloire à chaque personnage, il y en a un qui s’accapare finalement toute la lumière. Effectivement, Nariyuki qu’on a l’habitude de voir à chaque chapitre de par son statut de personnage principal, est bien au centre des événements de ce tome. Tout pousse dans une seule et même direction : l’orientation de notre intello. Pour lui, la priorité est de faire un métier rapportant beaucoup d’argent, pour soutenir sa famille. Mais au fil du tome, on se rend compte qu’il a un rêve bien différent, mis de côté par son sens du devoir.

Le volume 11 se conclut sur une annonce assez étonnante qu’on ne dévoilera pas ici, qui nous donne très hâte de lire la suite. We Never Learn semble s’approcher doucement de sa conclusion, sans qu’aucune favorite ne se dessine clairement. Le tome 12 est sorti le 19 août, toujours chez Kazé.