Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » Children Tome 1 – Les enfants tueurs

Children Tome 1 – Les enfants tueurs

Children est une série de deux tomes imaginée par Miu Miura. Sorti chez Square Enix en 2018 et publié en France chez Omaké en 2020, il ne faut pas se fier à sa couverture colorée et joyeuse : il est destiné à un public averti !

Pour trois millions de yens, une somme anormalement élevée, un jeune étudiant, Tôru Igarashi, a accepté un petit boulot de six mois dans un orphelinat situé au fin fond des montages, pour s’occuper d’enfants et aider aux tâches d’entretien. Il y fait la connaissance de Sakurako, une jeune adolescente de 14 ans et d’un groupe d’enfants, un peu méfiants mais néanmoins plein d’énergie. Tout semble bien se passer jusqu’à ce que la nuit tombée, cette ambiance joyeuse ne devienne malsaine et extrêmement sanglante ! Les enfants deviennent d’incroyables machines à tuer, égorger, découper… Loin du monde, le cauchemar de Tôru ne fait que commencer.

Le premier tome de Children nous plonge dans un univers qui rappellera à certains celui de « The Promised Neverland » : un orphelinat éloigné de la ville, des enfants adorables, une directrice mystérieuse… et un très lourd secret ! Mais contrairement au manga de Kaiu Shinrai, les enfants ne sont pas les proies, ils sont les chasseurs ! Tôru Igarashi, notre héros, est un étudiant de 18 ans en recherche d’emploi. Sa mère le dirige alors vers une annonce alléchante : 6 mois de travail dans un orphelinat, le tout pour la somme de 3 millions de yens. Que demander de plus ? Tôru accepte et part directement à l’aventure.

À son arrivée, il rencontrera la jeune Sakurako, 14 ans, priant sur une tombe inconnue : cette jeune fille difficile à cerner est en fait la directrice de l’établissement. Curieux, mais alarmé par la situation, Tôru ne cessera de se poser des questions, surtout en découvrant l’envers du décor… Sa première nuit à l’orphelinat se transforme en véritable boucherie ! Choqué de voir des enfants s’adonner à de tels massacres avec une telle aisance, Tôru essaye de comprendre comment ces petits bouts de chou furent envoyés ici, et pourquoi… Il se rapprochera donc de Rinko, un enfant traumatisé par son père et de Mirai, une petite fille au cœur tendre qui refusera de tuer comme les autres. Leur but : s’enfuir ! Tôru et ses protégés pourront-ils échapper aux envies meurtrières de la directrice et retrouver la liberté ? Parviendront-ils à percer le mystère de leur entraînement meurtrier ?

La première page, très colorée avec de belles nuances vives qui rappellent la première de couverture, nous plonge directement et sans prendre aucune pincette dans cet orphelinat dérangé. Le trait de Miu Miura fait le pont parfait entre la douceur et l’innocence des personnages et leur mode de vie meurtrier : ce contraste évident donne à l’oeuvre tout son aspect malsain. Children n’a rien à envier aux autres mangas gores et dérangeants. Mettre en scène des enfants dans un univers clos et sombre est une tâche très difficile, surtout après les œuvres classiques de Kazuo Umezu ou encore le hit Kaiu Shinrai : mais la jeune Miu Miura a parfaitement réussi son pari de créer un manga sanglant et surtout choquant !

En plus d’un chara-design attrayant, et au-delà de toutes les violences physiques que font subir les enfants aux « méchants adultes », l’ensemble des personnages est très attachant et mystérieux, c’est à se demander si Tôru n’est finalement pas simple spectateur de sa propre aventure dans l’orphelinat et pas le vrai héros de cette histoire. 

Trois personnages sont ici développés en profondeur : celui de la directrice, de Mirai et de Rinko. Leur passé nous est présenté par trois flashbacks indépendants, mais chacun plus dérangeant que l’autre. Ainsi, Miu Miura nous offre une dimension scénaristique forte allant bien au-delà du simple jeu de mort auquel s’adonnent les enfants : chacun d’entre eux est brisé à cause de sévices sexuels, de violences physiques, de torture psychologique et bien d’autre. Chaque lecteur peut sentir à son propre niveau un certain degré de compassion pour tel ou tel enfant et ainsi comprendre ou accepter les raisons pour lesquelles ils acceptent de rester sous les ordres dérangés et meurtriers de leur « Maman ». 

Ainsi, de nombreuses questions se posent : serait-il possible que la Directrice ait en fait pris en charge les enfants uniquement pour assouvir une vengeance personnelle ? Les parents sont-ils totalement innocents lorsqu’ils envoient leurs enfants dans cet orphelinat ? Le flashback de la petite Mirai nous donne un indice fort intéressant : il semblerait que les parents vendent leurs enfants… Ce n’est pas là la seule piste que nous trouvons sur la nature de cet orphelinat mystérieux. À cet effet, le cliffhanger de fin nous laisse sur une page intéressante : Sakurako découpe une étoile où est inscrit le nom de notre petite chouchoute et le dépose sur un mur parsemé d’autres étoiles avec d’autres noms avant de prier « Maman »… 

En bref, ce premier tome de Children annonce une belle histoire aussi tragique que sanglante : cependant, étant terminé en deux tomes, on espère que le mystère ne sera pas percé trop vite et que l’intrigue ne sera pas bâclée, ce qui serait dommage après un tome se finissant sur une si grande surprise (et horreur) ! Le second volume sortira le 12 novembre 2020.