Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » ARIA The Masterpiece Tome 5 – Un été à Neo-Venise

ARIA The Masterpiece Tome 5 – Un été à Neo-Venise

ARIA The Masterpiece est un titre coup de cœur de la Team pour cette année 2020. Le titre de Kozue AMANO est ressorti dans une édition de luxe chez Ki-oon en ce début d’année 2020. Nous avons déjà partagé notre avis sur le début de la série au travers de plusieurs articles, mais ici nous parlerons du cinquième volume de la série sorti le 15 octobre 2020.

Alors qu’elle s’apprête à s’entraîner avec ses amies, Alice tombe par hasard sur un petit chaton abandonné aux jolis yeux de panda… D’abord introduit chez Orange Planet en catimini, l’animal devient vite la nouvelle mascotte de l’agence ! De son côté, Akari se prend à rêver qu’elle voyage à bord d’un mystérieux train traversant la Voie lactée. Quelle n’est pas sa surprise lorsque le directeur d’ARIA lui offre un billet pour une excursion magique au cœur de la nuit ! Mais, bientôt, l’hiver va laisser sa place au printemps… et quoi de mieux, pour fêter le retour des beaux jours, qu’un barbecue au bord de l’eau ?

La fin du printemps arrive, mais il signifie surtout le début de l’été, une saison particulièrement appréciée par nos jeunes ondines. Cela fait maintenant un moment que nous suivons ce petit groupe, toujours à travers le journal intime d’Akari qui nous raconte son travail, mais aussi sa vie de jeune femme dans la magnifique ville de Neo-Venise.

Ce cinquième volume dépasse enfin le moment où l’ancienne édition s’était arrêtée à l’époque, dans un chapitre où l’on découvre l’enfance d’Akatsuki et d’Uddi. Après tout ce temps, c’est un plaisir d’enfin pouvoir lire la suite d’ARIA, dans cette superbe édition The Masterpiece signée Ki-oon. Comme dit précédemment, nous découvrons donc l’enfance des deux garçons, ce qui vient apporter aux personnages un peu d’épaisseur dans ce monde bien fourni. Un passage nécessaire pour que le lecteur s’attache à ces personnages secondaires que l’on voit bien moins souvent que les ondines.

Kozue Amano continue de nous plonger dans un état contemplatif devant cet univers magnifique, grâce à son trait caractéristique si fin. Ce n’est plus une surprise, mais ARIA nous touche encore en plein cœur, petite histoire après petite histoire, avec notamment les adieux d’Akari à sa gondole, qui n’a pas manqué de nous faire verser une larme, avec de magnifiques pages. Mais s’il y a bien un chapitre dans ce tome qui nous aura marqué plus que les autres, c’est très certainement celui dans lequel Akari rencontre un fantôme dans la ville qui lui demande de la ramener dans un cimetière. Un chapitre avec une ambiance plutôt glauque qui dénote pas mal du côté très onirique du manga.

L’été, qui a commencé dans ce tome 5, se finit en même-temps que lui. On aurait aimé que la saison chaude dure un peu plus longtemps, tant elle est propice à de belles histoires, mais nul doute que l’automne saura, lui aussi, nous émerveiller. Ce volume d’ARIA The Masterpiece est dans l’excellente continuité des précédents, toujours un sans-faute. Nous entrons désormais dans un territoire inconnu des lecteurs français, impatients d’en voir plus avec le tome 6, qui sera l’avant-dernier, prévu pour le 18 février 2021