Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » The Killer Inside Tome 3 – Sai

The Killer Inside Tome 3 – Sai

The Killer Inside est un thriller en 11 tomes et terminé au Japon. Il est dessiné par Shota Ito et scénarisé par Hajime Inoryu. Le tome 3 est disponible en librairie depuis le 1er octobre chez Ki-oon !

Afin d’en savoir plus sur les circonstances dans lesquelles sa petite amie a disparu, Eiji, aidé de Rei, s’infiltre chez les Skall. Là, il découvre que juste avant de mourir, Yoko devait rencontrer un client très particulier… qui n’était autre que le père d’une des victimes de LL ! Pour venger la mort de sa fille et faire tomber les héritiers spirituels du tuer en série, Shoto s’est en effet associé à B-1, l’alter-ego d’Eiji ! Malheureusement pour eux, Sai est un adversaire redoutable qu’il aurait mieux valu ne pas sous-estimer…

Le tome 2 nous laissait sur un cliffhanger de taille : Sai, chef des Skall, contactait notre héros, Eiji, en menaçant sa famille et sa petite amie. Le tome reprend sur cette discussion sous haute tension et le jeune homme doit vite s’assurer de la sécurité des deux cibles du terrible Sai. Après s’être assuré que son père allait bien, Eiji se précipite à l’université de sa petite amie (ou plutôt celle de B-1), Kyoka, pour la protéger ! Sur le chemin, la pression devient trop lourde à supporter et dans un moment de pure rage, Eiji se plante le bras aux yeux de tous. Notre héros n’a pas le temps de se concentrer sur sa douleur : il doit à tout prix rejoindre sa douce avant que Sai ne la trouve ! Mais Eiji est arrivé trop tard ; Sai l’attendait gaiement, en compagnie de Kyoka et dans le même temps, une équipe de Skall attendait devant chez les parents de notre héros : qu’importe son choix, son adversaire avait déjà tout prévu.

Il est alors contraint de les suivre en voiture, pour un voyage qui s’annonce mortel. Déterminé, Sai compte bien atteindre son objectif le plus sacré ; tuer le fils de LL, qu’il ne considère pas comme un héritier digne. Il ligote alors le protagoniste à une barque et démarre son rituel ; il prévoit de le torturer jusqu’à ce qu’il succombe de ses blessures. Alors que la fin est proche pour Eiji, c’est Kyoka qui fait son apparition et frappe leur ravisseur à l’arrière de la tête ! La jeune femme qui a réussi à se libérer prend maintenant les rennes et sauve in extremis son petit ami. Alors que le couple pensait s’enfuir en paix, leur peine est loin d’être terminée, car Sai réussit à les suivre ! Alors qu’il remet la main sur sa proie pour l’achever une bonne fois pour toutes, Eiji ne peut s’empêcher de sourire… en entendant les sirènes de police ! Et oui ; cette fois c’est lui qui avait tout anticipé, en implantant dans sa plaie un traqueur indépendant sur les conseils de Rei !

Sai est alors arrêté, tandis qu’Eiji peut enfin passer aux aveux auprès de la jeune femme ; il n’est pas « B-1 » et veut lui faire savoir. L’honnêteté de notre héros touche Kyoka ne s’était même pas rendu compte du changement d’identité. De ce fait, elle décide de poursuivre sa relation avec Eiji et de tenter d’entrer en contact avec B-1 pour lever le voile sur ce mystère ahurissant. Eiji se lance alors dans une course contre B-1 en compagnie de sa dulcinée, mais Rei est persuadée que leur démarche n’est pas la bonne : elle encourage notre héros à affronter les démons de son passé. Pour ce faire, il faut entrer dans l’esprit de B-1, lequel a causé de nombreux dégâts lors de son dernier passage : en plus d’avoir livré la fameuse carte SD à la police, condamnant la plupart des Skall, il a déjà devancé Eiji qui avait pris rendez-vous chez le psychologue, avec Kyoka…

Ce tome 3 met fin au premier « arc » qui opposait les Skall à Eiji, d’une manière qui n’est pas sans nous déplaire. Alors que tous les espoirs étaient réduits à néant, l’intelligence de Rei agissant dans l’ombre a permis de sauver notre héros de la mort ! Ce retournement de situation riche en émotions montre à quel point le scénario est entraînant et digne d’un bon thriller. C’est réussi pour Hajime Inoryu qui réussit à nous maintenir en haleine tout du long. La fin du tome en est un exemple parfait ; Kyoka, qui jurait à Eiji quelque temps avant ne plus vouloir côtoyer B1 qu’elle juge dangereux, a omis de dire à son petit ami qu’elle l’a accompagnée chez le psychologue, mais pourquoi ? Aurait-elle quelque chose à cacher ? Les soupçons se multiplient pour notre plus grand plaisir !

Une bonne histoire, servie par le dessin de Shota Ito : les scènes de torture hyper réalistes avec des planches en contre-plongée et des plans rapprochés sur les visages des personnages sont très plaisants et rendent la lecture de ce thriller très dynamique. Le tome 4 est disponible chez Ki-oon depuis le 7 janvier , l’occasion pour tous ceux qui n’ont pas encore succombé à la tentation de rattraper leur retard :!