Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » Sayuri – Demeure mortelle

Sayuri – Demeure mortelle

« Sayuri » est le nouveau one-shot d’horreur de Rensuke Oshikiri. Connu pour son manga sensation « Le Perce Neige », le Mangaka passionné d’horreur et de tourmente est de retour chez Omaké depuis le 29 octobre dernier.

Quand la maison de ses rêves se transforme en véritable cauchemar pour toute sa famille…

Voilà un synopsis bien court que nous présente Omaké, et à raison. Cette phrase alarmante est criante de vérité. La famille Kamiki s’installe dans une nouvelle maison après avoir vécu à 7 dans un petit appartement. Dans cette famille unie, l’on compte : un couple de parents qui s’aime, trois beaux enfants, Keiko, Norio et Shun, un grand-père dynamique et une grand-mère sénile. Une famille parfaite pour une maison d’apparence rêvée.

Cependant, leur rêve d’une nouvelle vie va vite se transformer en un cauchemar bien réel. Akio meurt d’un infarctus après avoir passé des nuits fortement mouvementées. Mais Akio n’est pas le seul à avoir perdu le sommeil et la raison

Norio, en dernière année de collège, rencontre Nao Tashima, une jeune fille qui connaît bien la maison dans laquelle vit Norio pour en avoir des visions d’horreur ! La jeune fille, sensible aux esprits, avertit Norio du danger de leur situation : l’alerte de Nao arrive-t-elle à temps, ou est-ce déjà trop tard ?

« Sayuri » est un one-sot extrêmement riche en émotions grâce à une formule efficace signée Rensuke Oshikiri : un chara-design atypique, une construction scénaristique intelligente et des personnages effroyables.

Le trait de Oshikiri se distingue très nettement de tous les autres. Les personnages ont tous des visages peu originaux et non des plus attrayants. Avec une facilité étonnante, il parvient à transmettre des émotions extrêmement complexes et essentielles au bon développement de son univers. Les expressions faciales sont extrêmement détaillées et contrastées, n’hésitant pas à faire grimacer le lecteur quand il le faut. Parvenir à un tel niveau lorsque l’on écrit de l’horreur, c’est tout bonnement merveilleux.

 

 

Le scénario est construit de manière très fluide et intelligente. Dans la postface, l’auteur explique que « Sayuri » était initialement une série en deux tomes, ce qui fut critiqué. En faire un one-shot permet de balancer l’horreur et le mystère en maintenant un lien solide entre les deux parties, l’une plus monstrueuse que l’autre.

Les protagonistes sombrent de plus en plus dans le désespoir, la violence et folie. Cette irrémédiable descente aux enfers va crescendo et ajoute beaucoup de tension à cette ambiance déjà ténébreuse. Le meilleur exemple est celui la grand-mère, présentée comme sénile, qui s’avère en réalité être un monstre violent et vengeur prêt à tout pour sauver son dernier petit-fils (au point d’aller extrêmement loin dans la barbarie). C’est extrêmement plaisant pour un manga d’horreur de parvenir à un tel effet en un one-shot seulement !

Âmes sensibles s’abstenir :  dans la lignée du “Perce Neige“, Sayuri est un one shot bouleversant qui saura aisément convaincre les férus d’horreur et de sensations fortes !