Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » Transparente Tome 4 – Adieux ?

Transparente Tome 4 – Adieux ?

Transparente est le manga drame/ Slice of life de Jun Ogino. Edité chez Kurokawa depuis le 12 mars 2020, le tome final est disponible depuis le 10 décembre 2020 !

“Aya a avoué à Shiori et Kana qu’elle avait assassiné son père. Elle n’a plus le choix : il lui faut assumer son geste jusqu’au bout. Elle a pourtant beaucoup à perdre… trop, peut-être. Et plus le temps passe, plus ses amies, bien que respectueuses de sa décision, sont tentées de l’en dissuader. Mais quel avenir s’offre à vous quand les ténèbres menacent de vous engloutir ?”

 

Aya, notre héroïne au don de transparence, avoue à Kana qu’elle a tué son père ! Alors que sa réaction l’effrayait, la jeune fille se montre très compréhensive et accepte son amie avec sa part d’ombre. C’est sur cette belle note que le trio décide de passer le réveillon ensemble pour célébrer leur amitié. Cependant, alors que les préparatifs se passent dans la plus grande joie, Aya se prépare pour un autre évènement : après les vacances, elle compte se rendre à la police !

Le compte à rebours est lancé pour Aya qui doit accumuler le plus de souvenirs pour combler une vie entière. Entre ses aveux auprès chaque membre de sa famille, ses propres remords et ses nouvelles amies, le départ risque d’être difficileArrivera-t-elle à expier ses pêchés ?

Ce tome final finit la série en beauté ! C’est un sans faute pour Jun Ogino. La narration est immersive et complètement maîtrisée par l’auteur. Jun Ogino nous fait voyager dans les pensées de Aya, notre héroïne au passé ténébreux avec une délicatesse étonnante. Les interactions avec Kana et Shiori sont souvent courtes mais surtout émouvantes et pleines de sens. Le rythme de la lecture est fluide et léger.

Le dessin de Jun Ogino parfait la narration proposée avec brio. Avec un trait épuré, un chara-design charmant et des planches frappantes, l’auteur a trouvé la recette d’un drame prenant. L’auteur, à de nombreuses reprises, laisse son trait parler plus fort que ses mots. De ce fait, de nombreuses planches sont exemptes de bulles, ce qui nous permet d’apprécier amplement les émotions des personnages !

Le scénario quant à lui est tout bonnement merveilleux. Il saura facilement faire verser une larme aux moins sensibles d’entre nous. En effet, l’histoire d’Aya est surprenante : elle a tué son propre père en se rendant transparente. L’héroïne a ce don depuis ses 10 ans, âge où elle a commencé à vouloir disparaître à cause de son père. Ce tome final montre qu’en fin de compte, avec un tel don rendant de telles choses si faciles, beaucoup aurait réagi comme elle. C’est pourquoi Shiori tient à dissuader notre héroïne de se rendre à la police, car Aya n’est pas aussi coupable qu’elle le croit ! La question de la culpabilité et de la rédemption est centrale : le débat avec les lecteurs est ouvert, d’autant plus qu’Aya passe aux aveux auprès d’une personne insoupçonnée

De même, la philosophie d’Aya est extrêmement touchante. Alors qu’elle trouve le bonheur pour la première fois, elle décide de s’en priver pour ne pas que ses amies ne plongent dans les ténèbres avec elle. Ce sacrifice est déchirant car en très peu de temps, Aya doit faire le plein d’amour et de souvenirs pour toute une vie. Savoir Aya aussi déterminée et que l’horloge tourne nous brise le coeur. Heureusement que Shiori est là pour nous représenter durant cette lecture : elle se bat pour qu’Aya reste à ses (nos) côtés !

En bref, Transparente est un vrai carton. De la narration au dessin, des personnages à cette fin poignante, Jun Ogino nous a gâtés. Ce dernier tome arbore une couverture différente qui prend tout son sens dès la lecture terminée. A lire très vite chez Kurokawa !