Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » Le Mandala de Feu – Le peintre au coeur embrasé

Le Mandala de Feu – Le peintre au coeur embrasé

Le Mandala de Feu est un one-shot de Chie Shimomoto. Paru en 2016 au Japon, le manga est disponible chez Mangetsu dans sa collection Seinen depuis le 2 juin 2021.

D’où vient l’inspiration aux plus grands artistes ? Et que doivent-ils sacrifier à leur art ? Rêve, frustration, gloire et abnégation furent les moteurs de la créativité complexe de Tōhaku Hasegawa, dont l’infaillible talent a fait éclore une oeuvre intemporelle et raffinée.

 

Tōhaku Hasegawa est un peintre talentueux au caractère bien trempé. Alors qu’il manquait d’inspiration, son disciple, Gakû, lui annonce la mort soudaine du grand Oda Nobunaga. Bien que le château de ce dernier soit en proie aux flammes, Tōhaku décide de s’y aventurer afin d’admirer l’oeuvre de Eikoku Kanô, un peintre légendaire aux arts inégalés. Son sacrifice bien dangereux est loin de passer inaperçu puisque sa détermination attire le Maître Rikyû, génie du thé…

C’est grâce à leur rencontre hasardeuse au coeur de l’incendie que Maître Rikyû offre à notre héros une chance inestimée. En effet, il lui demande de repeindre le plafond du temple Daitoku-ji à Kyoto, là où il ouvre son école ! Encore une fois, son caractère singulier et son immense talent en éblouiront plus d’un. Seulement, c’est lorsqu’on lui propose de prendre la relève du grand Eikoku Kanô que les portes d’une nouvelle aventure périlleuse et dévastatrice s’ouvrent à notre héros.  Entre labeur, passion, doutes et poésie, le destin de Tōhaku Hasegawa n’est pas un long fleuve tranquille, mais un vrai brasier ardent !

Le Mandala de Feu est un one-shot brillant. En effet, Chie Shimomoto parvient à concilier le détail d’une histoire vraie avec le rythme d’un scénario épique. Très bien informé, riche en émotions et extrêmement entraînant, ce premier one-shot signé Mangetsu sort clairement de l’ordinaire.

D’abord, s’agissant du scénario, celui-ci est étonnamment très entraînant et minutieusement construit. L’auteur l’encadre parfaitement et le découpe intelligemment afin de créer un rythme naturel et agréable. Les aventures de Tōhaku rappellent, dans leur narration, l’ascension d’un héros que l’on retrouverait dans un shônen endiablé. Seulement, la maturité du scénario et la poésie qui l’entoure font de cette narration une sorte de voyage initiatique dans l’inimité d’un artiste légendaire. Son parcours à la fois palpitant et déchirant plonge le lecteur dans la tourmente et l’admiration. De plus, son entourage est aussi parfaitement exploité en très peu de temps. Avec des interactions aussi drôles que touchantes, c’est un vrai carton plein !

En plus d’un récit très immersif et instructif, l’auteur offre un visuel très beau et lumineux. Les pages faisant vivre les oeuvres de Tōhaku sont toutes saisissantes ! De plus, le travail de Mangetsu sur l’édition du manga est remarquable. La couverture est très douce, le livre est souple et léger, ce qui permet une prise en main parfaitement adaptée à la lecture. Le lectorat peut donc profiter pleinement des visuels de l’oeuvre !

En bref, Le Mandala de Feu est un one-shot qui mérite amplement sa place sur toutes les bibliothèques. L’histoire vise un large public, pas seulement les férus d’histoire japonaise. Bien au contraire, Chie Shimomoto a créé, avec justesse et nuances, un véritable héros en qui le lectorat peut se reconnaître. L’attention portée au patrimoine de Tōhaku Hasegawa est frappante et offre aux lecteurs une oeuvre pleine de sensibilité, de surprise et de caractère. À ne pas louper.