Team Manga | L'actu manga - anime - jeux vidéo - cinéma
Accueil » Burn The Witch Tome 1 – Verso-Londres

Burn The Witch Tome 1 – Verso-Londres

Burn The Witch marque le grand retour de Tite Kubo, l’auteur de Bleach, dans les pages du Weekly Shonen Jump ! Sorti le 17 février chez Glénat, seulement quelques mois après le Japon, il est l’heure de voir ce que donne ce premier volume.

Les dragons… ces créatures imaginaires ne le sont en fait pas du tout. Une majorité de décès à Londres est liée à ces êtres à la forme insolite. Toutefois, les Londoniens ne soupçonnent même pas leur existence. Les habitants de Verso-Londres, qui s’étend sur l’envers de la ville, sont les seuls capables de les voir. Parmi eux, deux sorcières au service de Wing Bind, l’agence en charge de la préservation et du contrôle des dragons.

Ce n’est pas un, mais deux personnages que nous allons suivre ici, en la personne de Ninny Spangcole et Noel Niihashi. Un duo de jeunes sorcières terriblement différentes, qui ont bien du mal à se mettre sur la même longueur d’onde. Que ce soit leurs aspirations, leur vie dans le Londres normal ou leur tempérament, elles n’ont rien en commun, mais sont bien forcées de collaborer. Cela offre l’occasion de proposer des histoires variées, à travers leurs relations à chacune, ou encore leur passé.

Là où le Jump et plus particulièrement ses récits d’action/aventure ont tendance à mettre en avant des quêtes initiatiques, dans lesquelles le héros découvre son monde, Burn The Witch nous jette dans un univers déjà bien établi. On ressent que Nini et Noelle sont expérimentées, elles connaissent les dragons, le système en place et jouissent d’une certaine réputation. De ce fait, le lecteur n’est pas pris par la main, mais s’immerge dans Verso-Londres et tout ce que la ville propose. Pour ce qui était annoncé comme un one-shot, l’univers est particulièrement dense, on nous présente une foule de personnages, des corps d’armée, mais aussi une multitude de dragons aux designs inventifs et amusants.

Si le scénario de Bleach divisait, surtout sur sa fin, Tite Kubo a toujours été reconnu comme un des meilleurs dessinateurs de sa génération. C’est sans surprise, mais avec un grand plaisir, qu’on retrouve les qualités du monsieur dans cette nouvelle série. Avec un chara-design fourni et original, un découpage nerveux et des scènes d’actions explosives, on pourrait croire qu’on a affaire à quelque chose de presque bourrin. Pourtant, les scènes de vie, très présente dans le manga, dégagent une certaine douceur. Ce tome 1 marque aussi le retour des décors, qui se faisaient rares dans Bleach, on sent que Kubo a pris son temps, tout en gardant ce style assez épuré qui lui est propre.

La comparaison avec Bleach est inévitable, mais pas seulement car c’est la seule série de Kubo ! En effet, les deux œuvres sont liés, par de discrètes références, mais aussi une révélation dont on vous laisse la surprise. Rassurez-vous cependant, pas besoin d’avoir lu les aventures d’Ichigo pour apprécier pleinement Burn The Witch, le manga a été conçu dans l’idée de ne pas se limiter au public de Bleach. Ne pas comprendre les clins d’œil ne dévaluera absolument pas votre lecture.

Vous l’aurez compris, le contenu est très bon, mais le livre en lui-même lui fait honneur ! Dans le strict respect de l’édition japonaise, Glénat nous propose donc un beau manga, qui cache quelque surprise, notamment la couverture imprimée tout en couleurs, sous la couverture habituelle. Une idée très à propos avec l’univers du manga, en plus d’être originale. Pas de page couleurs malheureusement, mais un mini poster dépliant sympathique, pour un prix très raisonnable de 6.90€.

Fait notable, le tome 2 de Burn the Witch n’est pas actuellement en cours de publication, voire même de réalisation ! En effet, Tite Kubo a décidé de proposer sa série en publication “saisonnière”, avec un tome par “saison”. Reste à voir le rythme qu’il a décidé de suivre, lui qui se plaignait souvent de la charge de travail imposée aux auteurs du Weekly Shonen Jump. Malgré tout, cette idée de saison est bonne et permet d’installer une sorte de petit rendez-vous avec un auteur expérimenté, sans l’user plus que de mesure. Cela pourrait bien inspirer un certain mangaka du magazine, porté disparu depuis plus de 2 ans… On espère tout de même ne pas devoir attendre trop longtemps pour retrouver nos deux sorcières !

Envie d’en savoir plus sur Burn The Witch ? Nous avons réalisé un dossier sur Tite Kubo et son œuvre en compagnie de Glénat, dans le Team Manga Show !